Poster un message

En réponse à l'article :

15 novembre, 08:00

D’abord utilisée par l’Espagnol Jérôme de Sosa, puis vulgarisée par l’Allemand Stephan Kekule von Stradonitz, la méthode de numérotation dite « Sosa-Stradonitz », consiste à attribuer le n°1 à la personne dont on veut numéroter les ancêtres – soi-même en général, sinon appelé de cujus. Les numéros suivants se déduisent en multipliant par 2 pour obtenir celui du père et en ajoutant 1 à celui du père pour déterminer celui de la mère. Ainsi, partant du n°1, son père aura 1x 2 = 2, sa mère 2 + 1 = 3. À la (...)

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Ajoutez votre commentaire ici

Qui êtes-vous ?