Découvrir le sud de la France, royaume de nature.

Du pays Basque à la frontière italienne, le sud de la France est un territoire extrêmement riche et vaste, et nous vous proposons ici de le découvrir par le prisme de son extraordinaire patrimoine naturel : depuis les parcs de la Provence jusqu’à ceux des Pyrénées, en passant par les espaces marins protégés du littoral méditerranéen, le sud de la France est un havre de nature et d’activités au grand air.

Le Sud par les parcs naturels

Le Parc du Verdon
Entre Manosque et Castellane, se trouve le parc naturel régional du Verdon. Véritable réservoir de biodiversité, avec près d’un tiers des espèces florales recensées en métropole, le parc compte en outre une grande faune sauvage, à l’image du griffon ou du lynx. En partant de Castellane, surplombé par son impressionnant roc, pour descendre vers le lac de Sainte-Croix, le choix s’offre aux randonneurs de partir vers le Var ou bien vers les Alpes-Maritimes, séparés par le cours du Verdon – avec en prime des points de vue de rêve, dont le bien-nommé « point sublime » à Rougon (06), l’un des plus beaux panoramas sur les gorges du Verdon. D’autres préféreront suivre doucement la rivière en canoë ou kayak, pour profiter des sensations fortes de ces gorges qui, montant jusqu’à 700 mètres, sont les plus hautes d’Europe. Ils glaneront au passage un aperçu des grottes où vécurent nos ancêtres pendant des centaines de milliers d’années.

Les Causses du Quercy
Territoire de plateaux arides, de vallées fertiles, et de grottes profondes, le parc des Causses du Quercy est un lieu fascinant, à explorer selon votre goût : une randonnée sur les plateaux, avec leurs paysages grandioses et le ciel nocturne le plus pur de France ; une escapade en gabare – embarcation typique des marchands sur les rivières – le long de la Dordogne, classée par l’UNESCO comme « réserve mondiale de biosphère » ; ou encore une aventure dans les profondeurs terrestres, avec les grottes préhistoriques magnifiquement préservées de Pech-Merle, ou le gouffre de Padirac et sa rivière souterraine. Entre deux activités, restaurez-vous à Saint-Cirq-Lapopie, qui surplombe le Lot, ou au merveilleux Rocamadour, village médiéval suspendu au-dessus du canyon de l’Alzou. Ce sera l’opportunité de déguster des spécialités locales, telles que les truffes noires du Quercy ou les fromages locaux, comme le Rocamadour par exemple !

Les Cévennes
Découvrir les Cévennes, c’est rentrer dans un paysage singulier, où les flancs de montagnes ont été redessinés génération après génération par la construction de terrasses, aujourd’hui pour beaucoup effondrées et en friche, et par la plantation de forêts d’arbres nourriciers, en premier lieu des châtaigniers. Le parc des Cévennes se retrouve ainsi le plus boisé de tous les espaces protégés de la métropole et offre donc l’occasion de randonner pendant des jours en immersion dans la forêt. L’une des plus belles manières de le traverser est certainement le chemin dit de Stevenson, du nom de l’écrivain, qui partit du Puy-en-Velay pour rejoindre Saint-Jean-du-Gard en passant par le Mont Lozère et la très jolie ville de Florac. Comme l’auteur de L’Île au trésor lui-même l’avait fait, il est possible de louer un âne pour profiter des paysages sans avoir à porter ses bagages. Vous profiterez alors encore mieux des singularités de la faune locale, comme par exemple la réintroduction des vautours, et celle de chevaux dits de Przewalski, qui vivent désormais en troupeau sauvage sur le causse Méjean. Pour mener au mieux toutes ces activités, le parc a su intelligemment développer l’écotourisme, et il offre une pléiade d’hébergements de charme, depuis le mas traditionnel jusqu’aux yourtes, roulottes colorées, et autres habitats suspendus dans les arbres.

Les Préalpes d’Azur
C’est dans l’arrière-pays grassois, entre la côte cannoise et les hautes montagnes du Mercantour, que l’on découvre le Parc des Préalpes d’Azur, ses paysages de gorges et de forêts. Vos randonnées pourront s’y dérouler aussi bien au faîte des montagnes, comme au col de Castellaras, que sous la terre, grâce à une toute singulière « via souterrata », sorte de via ferrata souterraine qui vous permettra d’expérimenter les joies de la spéléologie en toute tranquillité. Le parc propose aussi des week-ends thématiques autour des savoir-faire locaux traditionnels, comme les herbes aromatiques, la culture de l’olive ou la vannerie.

La Camargue
« Battus de soleil et de vent / Perdus au milieu des étangs / On vivra bien contents / Mon cheval, ma Camargue et moi ». Ces paroles de Georges Brassens ont encore ajouté à la légende de ce territoire unique logé entre les deux bras du Rhône, qui est par ailleurs le premier site français en nombre d’hivernants accueillis chaque année (122 000 oiseaux, devant le Bassin d’Arcachon). Devenue parc naturel, la Camargue doit une partie de sa notoriété à la présence de milliers de flamants roses lors de leur période de reproduction, notamment dans les étangs du Fangassier et de Vaccarès. Sarcelles, bécassines ou autres rapaces y font également une escale hivernale avant de rejoindre Gibraltar pour traverser la Méditerranée. Profitez au maximum de ce lieu en le parcourant à cheval ou à pied, en prenant par exemple pour point de départ le domaine de la Tour de Valat, qui a su habilement travailler à la protection de son territoire.

Les Pyrénées de parc en parc
En montant depuis Perpignan, le premier espace protégé à vous ouvrir les bras est le parc des Pyrénées catalanes, situé entre Andorre et le Pic du Canigou. En plus d’être un domaine exceptionnel de randonnées à pied et à ski, il est possible de le traverser en grande partie par le Train jaune, qui parcourt depuis 1910 les paysages montagneux entre Villefranche-de-Conflent et Latour-de-Carol. Pour un arrêt plaisir, les bains de Dorres sont réputés depuis le Moyen Âge pour leurs thermes extérieurs avec vue sur le massif du Puigmal.

En continuant vers Foix, la ville d’Henri IV, vous tomberez nez à nez avec le parc naturel des Pyrénées ariégeoises. Véritable paradis naturel, les étapes de vos randonnées seront la grotte du Mas d’Azil, et celles de Lombrives et de Niaux à Tarascon-sur-Ariège, aussi bien que la cascade d’Ars, le cirque de Cagateille ou la réserve naturelle du Mont Valier, riche entre autres espèces de ces oiseaux magnifiques que sont le grand Tétras et le gypaète barbu.

Enfin, en se rapprochant de l’océan, vous trouverez le parc national des Pyrénées et ses merveilles naturelles, au premier rang desquelles le Cirque de Gavarnie, dont Victor Hugo disait dans un de ses poèmes : « C’est une montagne et une muraille tout à la fois / C’est l’édifice le plus mystérieux des architectes / C’est le colosseum de la nature ». Parmi les autres sites tout proches et immanquables, on compte la légendaire Brèche de Roland, la réserve naturelle du Néouvielle et ses lacs respirant le calme et l’harmonie, le Pic Du Midi – une ascension réservée aux randonneurs avertis – et, à Cauterets, le lac de Gaube et le Chemin des Cascades. Entre deux excursions, profitez de l’abondance de sites thermaux plus accueillants les uns que les autres : Argelès-Gasozt, Beaucens, Bagnères-de-Bigorre, au pied du Pic du Midi, ou encore Barèges-Sers-Barzun, la plus haute station thermale de France.

Le Sud par la mer

La mer dans toute sa splendeur
Profitez de l’effort de protection de nos littoraux, qui s’est encore développé ces dernières années, et découvrez la mer Méditerranée dans une abondance quasi naturelle grâce aux réserves sous-marines, et notamment aux sentiers sous-marins, qui regorgent de faune et de flore, tout en vous facilitant l’observation. Que vous soyez dans les Alpes-Maritimes, avec l’Anse des Fossettes de St Jean-Cap-Ferrat, ou la Pointe de l’Aiguille à Théoules-sur-Mer, dans le Var, avec « Le Jardin des Mattes » à La Londe-les-Maures, ou encore dans les Bouches-du-Rhône avec le très beau parc national des Calanques, les paysages à couper le souffle s’harmonisent avec la qualité des eaux poissonneuses. Dans les Pyrénées-Orientales, la côte Vermeille offre un bord de mer superbe avec une réserve naturelle entre l’île Grosse, à la sortie du port de Banyuls-sur-mer, et le Cap Peyrefite à proximité de Cerbère, où vous pourrez notamment profiter du merveilleux sentier sous-marin situé en plein milieu de la réserve.

Les îles du bord de la côte
La côte méditerranéenne est riche en îles, et si certaines sont si petites qu’elles ne doivent leur notoriété qu’aux bateaux qui venaient jadis s’y fracasser, de nombreuses autres sont des havres de paix et de beauté. Juste en face de Cannes, vous aurez tous les plaisirs à découvrir les îles de Lérins, dotées d’une faune sous-marine préservée, et de lieux historiques marquants, comme le fort royal de l’île sainte Marguerite, où fut emprisonné le légendaire « homme au masque de fer », ou encore le monastère fortifié de l’île de Saint-Honorat, qui fut le premier monastère fondé en Occident au 5e siècle. En vous dirigeant vers Hyères, allez explorer le parc national de Port-Cros-Porquerolles, où l’on peut, tout en faisant de splendides ballades entre criques et forêts, observer la plus grande colonie française de puffins cendrés et diverses espèces de faucons.

L’aire protégée offre en plus la possibilité de baignades fantastiques. Sur la route de Marseille, se trouve une autre surprise : l’archipel des Embiez, situé dans la baie de Sanary-sur-Mer, où l’île des Embiez et le Grand Rouveau permettent de découvrir une nature préservée et des plages de rêve. En passant devant Marseille, ne ratez pas l’archipel du Frioul et les silhouettes de calcaire de Pomègues, Ratonneau, If et Tiboulen. Vous y trouverez des plages charmantes et moins fréquentées qu’en ville, mais aussi le charme épique du château d’If, où est enfermé le Comte de Monte-Cristo dans le roman éponyme d’Alexandre Dumas. La dernière escale est spéciale puisqu’il s’agit des îles de l’étang lagunaire de Bages-Sigean, au bord de la mer entre Narbonne et Port-la Nouvelle : commencez par l’île de Planasse, la plus conviviale, puis accostez sur la romantique île de l’Aute, ou bien encore sur l’ancien village de pêcheurs de La Nadière. Gardez à l’esprit que toutes ces îles sont d’autant plus précieuses qu’elles constituent souvent l’ultime refuge d’espèces (d’oiseaux, notamment) chassées de leurs habitats par l’urbanisation du continent, et elles doivent à ce titre faire l’objet du plus grand respect.

Jordan Belgrave

Partager cet article sur vos réseaux sociaux :